Mystère et boule de gomme !

Licence Tous droits réservés par @NUMERIK33

Il y a quelques jours, j’ai utilisé une expression que j’avais toujours entendue dans mon entourage et que j’utilisais beaucoup en France. Elle est ressortie, comme ça, au fil d’une discussion, laissant mes interlocuteurs québécois perplexes.

– « Ah oui, lui, il commence vraiment à me courir sur le haricot ! »

Je vous l’accorde: Cette expression est vieillote. Mais surtout, surtout, je n’avais aucune idée de son origine. Pourtant, je devais l’expliquer. Personne ne voyait le rapport avec « Ce type commence à m’énerver ».

Parce qu’évidemment, si on se fait une image mentale, faut vraiment avoir de tous petits pieds pour courir sur un haricot. Et puis, dans l’absolu, cela ne me dérange pas que quiconque court sur un haricot. Ni que quelqu’un ait des pieds assez petits pour courir sur un haricot. Même si c’est le seul haricot au monde. Vraiment. Je vois pas pourquoi cela devrait m’énerver.

A moins qu’il n’y ait plus rien à manger du tout sauf un seul haricot… Le haricot, et que quelqu’un avec des minis pieds court dessus. Là, ça pourrait, éventuellement, m’agacer. Ou alors… Il s’agit d’un très gros haricot, le plus gros des haricots et que quelqu’un (avec des pieds normaux) s’obstine à courir dessus…Mais là encore je ne suis pas sûre que cela m’affecterait vraiment. Parce que, bon, entre nous, je ne suis pas plus végétophile que ça,  surtout avec les haricots.

Mais il me semble que c’est aller chercher bien loin pour une maudite expression.

J’étais acculée et les interprétations plus ou moins fantaisistes allaient bon train autour de moi. J’ai donc sorti mon i-phone et tapé: « Courir sur le haricot » dans google (je n’étais visiblement pas la première…).

Tadaaaaammmm!

« Cette expression née à la fin du XIXe siècle signifie que quelqu’un nous agace beaucoup. « Courir quelqu’un » signifiait déjà au XVIe siècle « l’importuner ». Quant au « haricot », il correspondait, en argot, à un « orteil ». Qui plus est, on l’utilisait également sous la forme « haricoter » qui signifia tout d’abord « être mesquin », puis « importuner ».

Bon ça casse un peu le mystère mais je pourrai désormais utiliser cette expression en connaissance de cause!

Et vous, avez-vous des expressions qui vous intriguent et dont vous ne connaissez pas l’origine? Parce que justement, puisqu’on en parle, d’où vient ‘mystère et boule de gomme’ ???

Publicités
Cet article, publié dans Humeur & Humour, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mystère et boule de gomme !

  1. linotte dit :

    Mystère et boule de gomme: Cette expression est d’usage courant mais son origine exacte reste un peu mystère et boule de gomme, même s’il est probable qu’elle est de source enfantine.

    D’aucuns y voient une plaisanterie autour des mystères évoqués dans le roman de Jules Verne, « les 500 millions de la Bégum » (où ‘Bégum’ est transformé en « boule de gomme »).
    Mais comme l’expression n’est attestée qu’au milieu du XXe siècle (Henri de Montherlant l’utilise en 1949 dans « Demain il fera jour »), soit bien après la parution de cet ouvrage, le lien est peu probable.

    D’autres y voient plutôt ceci :
    Vous savez que, chez une voyante, la boule de cristal permet de découvrir un certain nombre de choses, passées ou à venir, et à expliquer certains mystères concernant la personne qui consulte l’experte en divinations. Il va de soi que c’est la limpidité du verre qui favorise ces découvertes étonnantes (pour qui y croit).
    Mais si, à la place d’une boule de cristal, madame Irma utilise une boule d’un matériau sans transparence, comme une boule de gomme, par exemple, elle ne pourra rien voir et le mystère restera inexpliqué.

    Bon ben avec tout ça, on va briller dans les soirées mondaines! 😉

  2. Zhu dit :

    Il y a de temps en temps des expressions françaises qui doivent être locales, quand je vois la stupéfaction sur le tête de mes interlocuteurs. Par exemple, chez moi on dit « salle d’eau » pour « salle de bain », ou encore on peut utiliser des mots comme « dépiauter » (couper en petits morceaux) qui ne sont pas forcément utilisés pas d’autres français.

    Ceci dit, je parle rarement français (je vis à Ottawa) et à l’écrit, dans mes traductions, j’ai l’habitude d’utiliser du vocabulaire international ou local neutre. Ce sont plus des mots qui vont m’échapper à l’oral.

  3. En gros « courir sur le haricot », c’est un peu comme « casser les pieds » !!

    L’expression qui me laisse perplexe est : « se faire engueuler comme du poisson pourri ». A part dans Astérix, je ne vois pas du tout d’où ça pourrait venir…

  4. pépin dit :

    Et emballer c’est peser? ahhaha moi j’ai du l’expliquer a un tahitien dernièrement…mais j’étais pas dans la m….. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s