TDAH quoi?

moi+PaulIl y a maintenant 2 ans que mon petit dernier a été diagnostiqué avec un trouble de l’attention.

Le caractère rêveur de mon fils devenait une pathologie.

Cela ne m’a pas inquiété tout de suite. J’étais pareille petite. Et, malheureusement, je dirais qu’aujourd’hui cela est d’une banalité alarmante puisqu’autour de moi les cas sont nombreux.

Comme il n’est pas hyperactif et d’un naturel très doux, son trouble est tout à fait gérable. Pour les devoirs, par exemple, il met 5 fois plus de temps qu’un autre enfant mais il y arrive… à son rythme. Ma patience est mise à rude épreuve! Chaque exercice accompli dans un délai raisonnable est une victoire, chaque progrès un pas de plus vers son autonomie.

Pourtant je trouve cela difficile: La pression sociale est là… Constante, écrasante, étouffante. Je rentre de l’école où a eu lieu la remise de bulletin de la première période. C’est toujours la même chanson: « Oui il a beaucoup progressé mais c’est insuffisant »… « Il n’arrive pas à se concentrer en classe, il ne fait rien… »… « Il est distrait par tout, tout le temps »… « C’est dommage il est intelligent, très intelligent… Si vous trouviez un moyen de le faire se concentrer, le bulletin serait très différent! »

Mon petit garçon est parfait à mes yeux mais trop lent pour le monde qui l’entoure. Je me renseigne, je lis des articles, m’interroge. J’ai recemment acheté, sur les conseils d’un spécialiste, un kit pour aider à la concentration des enfants avec un trouble de l’attention: Des coquilles (casque pour l’isoler du bruit ambiant), un lézard de 2 kilos supposé l’immobiliser (à mettre sur ses genoux pour qu’il reste stable pendant ses devoirs), une horloge magique pour qu’il ait conscience du temps qui passe. La concentration allait être au rendez-vous, c’était certain! Je suis enthousiaste. Lui aussi: Le lézard est devenu un dragon dont les ailes ont été coupées par la sorcière aux tables d’addition (moi), et l’horloge une bombe prête à exploser (moi aussi d’ailleurs). Les coquilles, j’ai laissé tombé: Il ne semblait pas pouvoir les porter sans faire de grimaces…

Nous éclatons de rire. Il est heureux. Il a compris, à force de renforcement positif, qu’il y arrivera, quelque soit le temps que cela prendra. Il travaille de bon coeur, mais à deux à l’heure. Alors, je reprends confiance et je pense à la réplique d’Anne Dorval dans Mommy:

– « Les sceptiques seront confondus… »

Puis je repense à quelques uns de mes bulletins et je revois les commentaires de mes professeurs:  » Elève avec la tête dans les nuages, devrait redescendre sur terre »…  » Trop dans la lune, doit revenir parmi nous »…

Il semblerait que la pomme ne soit pas tombée loin de l’arbre.

Publicités
Cet article, publié dans Humeur & Humour, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour TDAH quoi?

  1. Je reconnais mon fils dans ce que tu écris. C’était difficile pour lui car son frère et sa soeur finissait leurs devoirs en 20 minutes et ça lui prenait plusieurs heures car sa professeure lui demandait de finir ce qu’il n’avait pas eu le temps de faire dans le jour en plus de ses devoirs. Il pleurait beaucoup et des professeurs n’étaient pas gentils avec lui. Quand on demandait de l’aide on se faisait dire qu’il y avait des cas pire que le sien. Après bien de la pression (en sixième année) il a passé des tests et été diagnostiqué avec le TDA et une dépression. Ça l’a rassuré quand des tests ont révélé qu’il était très intelligent. Les choses se sont améliorées au secondaire mais il a toujours eu de la difficulté à l’école.

    C’est un garçon très intelligent, drôle, attachant avec beaucoup d’imagination.

  2. Gaelle dit :

    Merci pour ce joli blog, qui me touche aussi. J’ai du être comme ça aussi. Mon fils de 4 ans devrait certainement avoir droit à quelques « étiquettes » bientôt, car il ne tient pas en place… Mais j’ai pu constater que nous sommes toujours les meilleures mamans possibles pour nos bouts de chou. Mon parcours m’a conduite à découvrir chez moi un talent de guérisseuse. Je perçois l’énergie qui entoure les êtres et je peux aider les gens à être sur leurs rails, quand ils sont un peu décalés. Je vois de tout dans ma clientèle, y compris des bouts de chou. Je reviens toujours aux mêmes constats : l’important est que l’enfant se sente bien tel qu’il est et que les parents apprennent à sentir quand il est OK avec lui-même et quand il n’est plus « dans ses bottes ». Surtout, ne pas se dire que son état est une sorte de fatalité : même cela peut évoluer avec le temps. Merci pour vos mots qui sonnent si justes.
    Amicalement

  3. GROBART dit :

    je comprends mais n est ce pas un manque d intérêt pour ce qu il doit faire? Ma derniere fille est pareille et pourtant elle est précoce, a 1 an d avance et un qi tres élevé ! Mais elle peut rester treeeees longtemps sur un simple exercice ou même avec la brosse â dents dans la main sans rien faire! Voyez le temps qu il
    Peut mettre par rapport aux choses qui l intéressent !

    • Oui, un TDAH jumelé avec un manque d’intérêt ou de défis, ça n’aide vraiment pas au niveau de la concentration. Je me rappelle être capable de lire un livre et quand même être capable de répondre au prof lorsqu’il me prenait à l’improviste, pour voir si j’écoutais bien. Mes parents auraient eu la chance de me faire sauter une année, mais mes compétences sociales n’étaient pas à la hauteur (ce qui est commun avec les gens qui ont un TDAH), alors ils ont décidé de ne pas le faire. Sachant ce que je sais et comment j’agis, j’aurais préféré qu’ils me fassent sauter cette année.

  4. Bernieshoot dit :

    c’est le monde qui est trop rapide .. et trop stupide

  5. J’ai un TDAH qui a été diagnostiqué à l’âge adulte. Je suis une femme et, dans les années 80, le TDAH était une maladie de « gars » et on ne diagnostiquait que ceux qui dérangent. Les inattentifs passaient sous le radar. Une fille comme moi qui se tapait des bulletins de 85% de moyenne avec les matières « principales » (math, langues) en haut de 90%? Aucun diagnostic, je n’aurais jamais été visée, même si j’avais été un gars (peut-être si j’avais été plus hyperactive que inattentive). Cependant, je peux dire que toutes les années de « Je sais que tu pourrais faire mieux si tu faisais plus attention » ont vraiment affaibli ma confiance en moi. De plus, je n’avais pas assez de défis à l’école. Ça fait que je n’ai pas une très bonne éthique de travail car j’ai appris que faire le minimum était suffisant. C’est dur de se déprogrammer de 15 ans d’efforts minimum durant ses années formatives.

    Des stratégies qui ont bien fonctionné pour moi: écouter de la musique en travaillant (ou même en faisant des examens! Je suis surprise que si peu de professeurs et surveillants d’examen m’aient empêché de le faire!). Me donner des récompenses pour avoir accompli le travail à faire dans un temps réaliste pour moi (pas pour quelqu’un qui ne fait pas de TDAH). Me répéter que je suis capable, que je suis déjà très bonne, que je maîtrise mon sujet, que ça va aller vite si je m’y mets (au lieu de laisser traîner jusqu’à la dernière minute).

    Au bout du compte, j’ai quand même décidé de prendre des stimulants, parce que, malheureusement, le monde n’est pas fait pour les TDAH et il faut quand même pouvoir être fonctionnel.

  6. nalou dit :

    hello 🙂
    je ne connaissais pas ce syndrome de l’attention et effectivement dans notre monde où tout doit toujours aller plus vite, plus loin quitte à broyer, je mesure à quel point cela peut être difficile à vivre
    pour autant je reviens sur ta photo que je trouve si belle, je me dis que vous faites un duo gagnant, une famille d’amour 🙂

  7. Derboux dit :

    Hello brune !
    Beau message, comme d’habitude. L’important est qu’il grandisse à son rythme en restant bien dans ses basquettes sans trop se préoccuper du regard des autres qui de toute façon veulent toujours que la terre entière leur ressemble tellement ils sont parfaits 😁
    Je compte sur son papa, sa maman et ses frère/sœur pour lui apporter tout ce qu’il lui faut pour ca et je n’ai aucun doute la dessus…continue à rester zen car les angoisses sont souvent communicatives
    Le plus important peut être reste d’apprendre chaque jour qu’une petite ‘différence’ peut être plus un atout qu’un handicap si on sait l’apprivoiser …je crois savoir de quoi je parle
    Bises à ta petite famille shuss

  8. La Carne dit :

    la musique peut aider à la concentration. Je ne sais pas au Québec, mais en France (notamment) il existe des écoles avec des pédagogies différentes dans lesquelles le rythme personnel de chaque enfant est (parait-il) plus respecté. Des écoles où, pour enseigner des notions aux enfants, on part de leurs centres d’intérêt afin, justement, de les intéresser. Cela pourrait-il être une solution?
    Vous êtes beaux sur la photo!

  9. Caroline dit :

    J’ai vécu la même chose que toi avec mon fils. C’est difficile car le système, la société ne sont pas adaptés pour les personnes « différentes ». On se heurte à l’incompréhension et l’intolérance des gens. On se sent parfois (voire souvent) seuls. Mais nous avons eu la chance de rencontrer sur notre parcours un médecin qui nous a aidé à prendre conscience que notre petit bonhomme prenait un chemin différents des autres enfants et qu’en trouvant ce pour quoi il est fait, il déplacerait des montagnes bien plus loin que les autres.
    Il suffit de regarder des personnes comme Steve Jobs, Walt Disney, Einstein, John Lennon et bien d’autres que l’on disait différents lorsqu’ils étaient jeunes et qui ont réalisé des choses extraordinaires !
    Le plus important est de veiller à ce que ton enfant garde confiance en lui.
    Aujourd’hui mon fils a 12 ans. C’est toujours difficile avec l’école mais il s’épanouit grâce au basket ball. C’est son truc à lui, ce pour quoi il est fait.
    Je suis certaine que ton petit bonhomme trouvera sa voie et c’est tout ce qu’on lui souhaite.

  10. Yvette et Yves dit :

    Il me semble qu’au Québec particulièrement, les enfants, souvent des garçons, sont vite qualifiés  » d’hyper-actifs » ou présentent « des troubles de l’attention ». Je connais plusieurs petits gars concernés, ça me surprend! Et on propose vite aux parents un traitement médical, comme si il fallait rentrer dans le rang,
    Mes deux enfants, aujourd’hui adultes, ont fait des études, élèvent leurs enfants; si je les compare à ces soit-disant hyper-actifs de 2014 je ne vois aucune différence! Besoin de bouger, manque d’intérêt pour des activités répétitives, mais concentration pour ce qui les captive !
    Alors ne soyez pas inquiète, faites confiance à vos enfants, proposez des activités variées, car chacun a ses goûts, ses besoins, ses envies! Bien sûr le handicap existe, mais il faut se méfier de trop vite cataloguer un enfant!
    PS j’étais enseignante…

  11. ElodieV dit :

    Je suis d’accord avec Yvette. L’étiquetage des enfants va un peu trop vite. Vous avez apparemment de la chance d’être tombée sur une école peu coercitive qui apparemment ne forcera pas votre enfant à prendre des médicaments. Cela n’a malheureusement pas été notre cas… Je savais d’autant plus que les problèmes d’attention de mon fils n’avait pas pour origine la vision. En effet, depuis plusieurs années, mon fils a des problèmes visuels multiples. Malheureusement, un mauvais suivi a fait que tout n’a pas été mis en oeuvre et on a assisté à une aggravation du problème (perte de motricité…). D’un enfant calme, il est devenu anxieux. Puis l’horreur est arrivé dans un CPE où la direction voulait l’étiqueter alors que nous étions à la recherche de réponses. Je vous passe les mauvais traitements… L’entrée à l’école s’est mal déroulée, ils ont voulu l’étiqueter en 10 jours (avec délation du cpe). Nous sommes partis en France . Puis nous avons rencontré des ophtalmos, qui ont quelque peu arrangé la situation. Mon fils était plus serein. Après notre reinstallation en Ontario pour nous donner une nouvelle chance (vous comprendriez si vous aviez vu son dossier scolaire établi en 4 jours près de Montréal alors qu’il venait d’entrer en maternelle), nous avons eu enfin un médecin de famille qui nous a acheminés vers un ophtalmo. Il a tapé du poing sur la table en voyant les lunettes qui avaient été prescrites auparavant ainsi que le traitement. Il a reçu des lunettes progressives et là, en quelques jours pour certaines activités et en quelques mois pour d’autres, il a retrouvé énormément d’autonomie. Il a aussi des lunettes de lecture également et depuis deux mois, nous entreprenons une rééducation visuelle avec un optométriste et mon fils décolle (les lunettes ne peuvent pas tout corriger les problèmes visuels). J’ai opté pour l’instruction en famille depuis 5 ans. Je n’ai pas eu le choix, mais je ne regrette pas. En plus, j’ai un métier avec lequel je peux travailler de la maison. J’ai des contacts avec des groupes québécois et ontariens. On est pas mal nombreux. Certains parents ont décidé de faire eux-mêmes l’école parce que l’école voulait les étiqueter ou pire, mais certaines choses ne sont pas à dire. Mon fils est presque au bout du tunnel, mais aujourd’hui, avec d’autres, je me demande combien d’enfants ont des problèmes visuels (il n’y a pas que l’acuité visuelle) ou auditifs non détectés et qui prennent des médicaments pour le TDAH. Il y a aussi des enfants précoces. Mon fils ne correspond à aucune case du ministère de l’Education et donc une aide de l’école relèverait de l’arbitraire. On attend le secondaire pour lui payer une école privée (elles sont coûteuse en Ontario), mais il n’y a pas de raison, il est capable de suivre une scolarité avec grossissement des supports pédagogiques. Aujourd’hui, j’essaie de témoigner un peu partout et j’appartiens à un groupe Facebook. Il m’a été confirmé que des enfants comme le mien sont victimes de grosses méprises. Je conseille donc aux parents d’investiguer un maximum. Nous avons pu le faire. Mon mari nous a rejoints deux ans plus tard. Des années terribles à cause de gens qui ne voualient rien entendre.

    • mhlps dit :

      Merci pour votre témoignage! et bravo, j’imagine à quel point vous avez du vous battre pour en arriver là! Mon article a quelques mois déjà, mon fils va beaucoup mieux et a beaucoup progressé. Son enseignante est formidable et je ne laisse rien passer. Nous sommes sur la bonne voie!

  12. s18o dit :

    Pas beaucoup de nouvelles par ici? Tout va bien par chez vous? 🙂
    Une lectrice qui aime beaucoup votre petit univers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s